Gaume Tourisme: vers la page d'accueil







 



Histoire: Mode de Vie

Au Pays d’Arlon et au Grand Duché de Luxembourg, on appelle la Gaume “Gutland”. A l’époque néolithique déjà, l’homme avait compris qu’il se trouvait dans le “bon pays”, une région à la douceur avenante : douceur dans les collines verdoyantes, douceur dans le sol même. Le sol gaumais est un sol marneux, mélange d’argile et de calcaire. Et la marne est naturellement fertile. Durant de nombreux siècles, les hommes ne vécurent ici que du seul produit de leurs champs. L’agriculture était en effet pratiquée par bon nombre de villageois. Les céréales étaient cultivées de manière empirique; on utilisait de solides chevaux pour les labours; le poulailler caquetait vigoureusement à même la rue, faisant dire à certains que le village était une véritable cour de ferme.
Mais la terre, ce fut aussi la sidérurgie. En voyant aujourd’hui les ruines pittoresques et romantiques qui surgissent du passé, il est difficile de s’imaginer que la Gaume connut autrefois une activité industrielle intense. Quelques châteaux et bâtisses de fière apparence attestent encore toutefois des richesses et puissance des maîtres de forges.

Expression de vie profonde, la maison gaumaise fait partie de notre patrimoine. L’habitat traditionnel représente la mémoire des modes de vie ancestraux et le village, racine de notre culture, a imprimé sa silhouette caractéristique sur la douce ondulation du paysage. La maison gaumaise, au caractère presque exclusivement rural, a longtemps été recouverte de chaume. L’ardoise naturelle lui a succédé. A l’extrême Sud-Ouest de la Gaume cependant – la petite Provence, comme on l’appelle parfois – c’est la tuile romaine qui est le matériau de couverture dominant.
La façade était jadis recouverte d’un enduit constitué de sable et de chaux. Selon la proportion de chaux ajoutée au sable local – dont les tons varient du jaune au rouge – on obtenait une teinte nuancée d’ocre, de beige ou de bleu laiteux. Le corps de logis, jouxté par l’étable et la grange, se joint à la maison voisine, formant ainsi un village-rue tout en longueur. Un grand espace libre – l’usoir – est laissé devant la maison. On y retrouvait jadis le fumier, la réserve de bois de chauffage, les charrettes et le banc pour les dimanches et les soirs d’été. Aujourd’hui, de grandes pelouses soignées sont ornées çà et là de fleurs cultivées en pots ou en pleine terre. Le banc est toujours là; en Gaume, on attend la visite de son voisin ...
Pour qui sait bien regarder, la Gaume est un précieux mélange de nature et d’histoire. Jadis lieu de prédilection de grands seigneurs et propriétaires terriens, elle recèle des trésors d’archéologie dont certains remontent à l’époque romaine. Ces témoins d’une riche culture furent malheureusement trop souvent mis à mal par les abus révolutionnaires ... Mais qu’il est doux de rêver de fêtes de ces courtisans de hobereaux dont les agapes animaient leurs murailles dorées, et impressionnant d’imaginer le tumulte des batailles qui les ébranlèrent mortellement

Texte de Julien de Remont

>> La Gaume historique - Mode de Vie





Village de Gaume

 

Un village de Gaume

Un village de Gaume


[ Auberge de la Vallée ] [ Aux Comtes de Chiny ] [ Château Latour ] [ Hotel de France ] [ Hostellerie St.Cécile ]
[ Le "Bercail" ] [ Le Nid d'Izel ] [ Le Point de Vue ] [ Le Prieuré des Conques ]

[ Tourisme ] [ Géographie ] [ Histoire ] [ Culture ] [ Sports ] [ Manifestations ] [ Liens ]